Le Kenya – Stations d’Arrêt et de Repos le long du Corridor Nord


kenyaTableau 75 : FAITS EN BREF SUR LE KENYA
Président de la République : Uhuru Kenyatta
Superficie : 580.367 kilomètres carrés
Capital : Nairobi (3,363 millions d’habitants
– 2011)
Villes principales : Nairobi, Mombasa, Kisumu, Nakuru
Ports : Mombasa
PIB : US$79.9 milliards (2013)
Population : 45 millions (juillet 2014)
Langue : Anglais et swahili (officielle)
Population urbaine : 24% de la population totale (2011)
Taux d’urbanisation : changement annuel de 4,36%
Devise : Shilling Kenyan (KES)
Climat : Varie de tropical le long de la
côte à aride à l’intérieur

APERCU SUR L’ECONOMIE

La reprise économique du Kenya du ralentissement éprouvé en 2011 s’est poursuivie en 2013. La croissance du PIB en termes réels s’est accélérée à 5,2%,  4,3% et à 4,6% dans les premiers trois quarts de 2013, principalement stimulée par l’intermédiation financier, letourisme, la construction et l’agriculture.

La croissance du PIB en termes réels est estimée à 5,7% en 2014. De même il est prévu que le taux d’inflation de l’IPC demeure à un seul chiffre au cours de la même période. Les la prévisions de l’économie à court  et  à moyen terme sont pour une croissance soutenue et montante  basée sur : la confiance accrue d’investisseurs et d’affaires à la suite des élections paisibles de mars 2013, des grandes précipitations, un environnement macro-économique stable, des prix du pétrole internationaux bas et stables,  la stabilité du shilling Kenyan, et des réformes affectant la sécurité, la gouvernance et la justice.

Cependant, le Kenya a été entravé par les attaques terroristes récentes et par la confiance en exportant plusieurs biens primaires dont les prix sont demeurés bas. Le faible investissement dans l’infrastructure menace la position à long terme du Kenya comme la plus grande économie en Afrique de l’Est, bien que l’Administration de Kenyatta ait accordé la priorité au développement d’infrastructures. Les prêteurs et les donateurs financiers internationaux restent importants pour la croissance et développement économique du Kenya. Le chômage est élevé à environ 40% et plus de 60% de la population est sous l’âge de 24 ans.

Le Kenya est intégré dans un certain nombre de chaînes de valeur mondiales – par exemple  la floriculture, les textiles, le cuir, la fabrication et le tourisme – mais les prestations économiques et sociales sont limitées suite aux liens faibles ou non viables   avec d’autres secteurs.

kenya_gdp